Internet peut-il tomber en panne à cause du confinement ?

La France est à l’arrêt. De nombreux Français sont chez eux… et ils utilisent Internet ! Que ce soit pour télé-travailler, pour l’école à distance, la vidéo-conférence ou pour s’occuper, notamment avec les films et séries en streaming.

Certains m’ont alors naturellement posé les questions suivantes :

– Internet va-t-il saturer ?
– Les sites Web font-ils encore fonctionner ?
– La télévision va-t-elle continuer à diffuser ?
– Le réseau électrique risque-t-il de s’arrêter ?

Que des bonnes questions !

Pour répondre à cette question fondamentale : « Internet va-t-il saturer ? » il faut déjà comprendre comment fonctionne Internet.

Pour faire très simple, il s’agit d’un réseau décentralisé : Les appareils sont reliés les uns aux autres sans qu’il n’y ait d’élément central. En comprenant ceci, on peut interpréter que les connexions sont réparties entre plusieurs machines appelées « Serveurs ». Ces serveurs sont nombreux et suffisamment robustes pour encaisser des millions de connexions par minute.

Schéma d’Internet

Alors, certes, ces serveurs ne sont pas habitués à encaisser en quasi-permanence des millions de connexions mais ils sont dimensionnés pour, notamment lors des pics d’événements culturels ou sportifs.

Si l’on observe nos voisins frontaliers, on apprend que lors des mesures de confinement, en Espagne, le trafic a globalement augmenté de près de 40% ! Les appels téléphoniques également, pour prendre des nouvelles de la famille, des amis ou pour appeler les numéros des renseignements. En Italie, ce confinement total a entraîné une augmentation de 70% sur le réseau Internet à la maison ! Les jeux en ligne y ont beaucoup participé.

En France, d’une voix unie, Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free annoncent que leurs réseaux sont largement capables d’avaler des millions de connexions et qu’aucun problème d’engorgement n’est connu.

Pour autant, on peut s’inquiéter de la quantité de données qui transitera sur les réseaux dans les jours à venir, au fur et à mesure que les entreprises renverront leurs salariés chez eux. Netflix, Amazon Prime Vidéo, Youtube ou les jeux vidéo en ligne sont autant de bonnes raisons de faire gonfler les tuyaux.


Surtout quand on sait que Canal+ offre des chaînes payantes jusqu’au 15 avril,

https://www.facebook.com/MonAssistantNumerique.Rochefort/posts/2244872062487824

que Free offre également ses chaînes Jeunesse à tous ses abonnés,

https://www.facebook.com/MonAssistantNumerique.Rochefort/posts/2245597829081914

qu’Orange propose gratuitement ses chaînes OCS et un pack Jeunesse,

https://www.facebook.com/MonAssistantNumerique.Rochefort/posts/2246052069036490

et que même SFR propose des accès gratuits aux chaînes « Plus Jeunesse » et « Divertissement & Découverte »

https://www.facebook.com/MonAssistantNumerique.Rochefort/posts/2246057892369241

Utiliser Internet pendant le confinement

À titre individuel, ce n’est pas « le réseau Internet » qui va souffrir mais « les connexions à domicile ».

Imaginez : une famille de 4 personnes.

Les deux parents se retrouvent confinés et doivent effectuer du télé-travail.

Les deux enfants, eux, se connecteront sur leurs ENT (Espaces Numériques de Travail), regarderont des vidéos, la télé ou joueront à des jeux vidéo en ligne…

Cela aura un impact certain sur la bande-passante (la taille du tuyau) laissée aux deux parents… Les connexions étant très inégales, un usager de la Fibre devrait passer cette épreuve sans problèmes tandis qu’un abonné ADSL rencontrera des lenteurs voire une paralysie totale de son propre réseau.

Des choix devront alors se faire

  • Restreindre les horaires d’utilisation d’Internet : Il existe même certains logiciels qui s’en chargent ou bien des réglages présents sur la box de votre opérateur. On limite alors certaines durées, des journées complètes ou seulement des plages horaires.
  • Restreindre les accès Wi-Fi : On peut alors gérer les accès de tel ou tel appareil. Généralement, ça se réalise simplement via la box de son opérateur. Quand j’interviens chez certains clients, on peut me demander de filtrer les connexions indésirables en Wi-Fi. Cela permet aussi d’être mieux sécurisé.
  • Prioriser l’usage : C’est plus compliqué dans un foyer familial où les usages sont variés selon les heures et les jours. Le week-end, les accès sont plus libres par exemple. Les entreprises dans lesquelles j’interviens utilisent de règles de priorité où, par exemple, la messagerie électronique doit passer avant les vidéos en ligne.
  • Utiliser un mode de connexion alternatif, tels les réseaux 4G. En effet, ces réseaux sans-fil sur lesquels les smartphone se connectent peuvent être une solution de repli pour les télé-travailleurs n’ayant pas de connexion rapide. Il suffit d’un partage de connexion entre son smartphone et son ordinateur. Ainsi, si l’on doit schématiser, l’utilisation de l’internet à domicile n’est plus uniquement sur un seul fil, mais passe par deux fils séparés. Bien plus confortable, chacun peut alors gérer sa connexion comme il l’entend. Le partage de connexion dépend des réglages de son téléphone mais aussi de son forfait Internet.

Internet ne s’écroulera pas mais les sites Web, oui !

Pour revenir à l’usage de saturation, comme expliqué précédemment, ce n’est pas l’Internet qui va s’écrouler, mais les sites Web. Avant de tomber en panne, les sites Web deviendront lents.


Un site sous-dimensionné, c’est-à-dire conçu pour accueillir un nombre limité de connexions (par exemple : 500 000 personnes / jour) va littéralement s’arrêter lorsque sur quelques heures des millions de personnes s’y connectent. C’est comme un sportif qui doit partir en sprint alors qu’il n’y est pas préparé. Il s’écroule puis se relève. S’il n’a pas les performances requises, il le fera sans arrêt.


Les grands sites Web, tels qu’Amazon, Netflix, YouTube, Facebook ou encore Google devraient à peine sentir de différence tant ils sont sur-dimensionnés.


La télévision, quant à elle, dépend de deux critères selon si elle est distribuée par l’antenne située sur le toit ou par un accès Internet.


Dans le premier cas, il n’y a aucune crainte à avoir. Ce sont des canaux individuels et les flux envoyés sont dédiés à cet usage.


Dans le second cas, on se retrouve dans la situation du foyer cité plus haut : cela dépendra de la taille du tuyau (ADSL, Fibre) et de l’utilisation qui en est faite à ce moment. Plus il y a d’usage Internet (navigation Web, jeux vidéo, Netflix…) moins il y aura de la place pour faire passer le flux lié à la télévision. C’est en plus très particulier : les flux vidéo (en HD) sont constants et réclament un niveau de disponibilité élevé. Aussi, ils sont prioritaires par rapport au reste. C’est-à-dire que si votre enfant joue à Fortnite en utilisant 80% de la bande-passante (= 80% du diamètre du tuyau), lorsque la TV sera allumée, elle sera prioritaire et récupérera au moins la moitié de la bande-passante. Votre enfant pourra alors continuer à jouer mais au risque d’une qualité d’image dégradée et de latences de jeu (Il vous dira alors « Pourquoi ça lag ? »).


Pour terminer sur le plan « Internet va-t-il tomber en panne à cause du confinement ? », Arthur Dreyfuss, le président de la Fédération française des télécoms (FFTélécoms) indique que les opérateurs étant habitués à absorber des pics de connexion, mais qu’ils vont devoir s’adapter à ce que les pics deviennent une « routine » pour les prochains jours.


Le plus inquiétant arrive : il précise « Nous pourrions prendre des mesures de précaution en cas de forte congestion et faire de la priorisation des flux en choisissant effectivement des services plus essentiels que d’autres ».

Autrement dit, réduire les accès les moins utiles (Netflix, jeux vidéo en ligne) pour que les sites Web et les accès professionnels (messageries, réseaux sociaux…) demeurent consultables sans lenteur.


D’autres rassurent en indiquant ne pas encore en être là. Mais techniquement, c’est d’ores et déjà possible.

Le réseau électrique tiendra le choc

Enfin, le réseau électrique. Très important. Sans électricité, l’accès à Internet sera alors drôlement compromis. Les sites Web seraient alors soulagés…

En plein confinement, c’est l’inverse qui s’est produit. Moins d’entreprises ouvertes, moins de machines qui fonctionnent. C’est donc une baisse de 10% qui a été constatée lundi 16 mars au matin par rapport aux autres jours.


Il se dit qu’il pourrait y avoir une baisse globale encore plus importante à mesure que les entreprises renvoient les salariés chez eux. Car un foyer qui utilise son électricité toute la journée ne consomme pas autant qu’une entreprise sur la même période.

RTE, le gestionnaire du réseau à haute tension, propose un outil en ligne baptisé Eco2Mix. Il permet de suivre en direct ou sur des périodes données, la consommation électrique des Français.

RTE/EDF assurent qu’ils maintiendront leur capacité à fournir de l’électricité, en cas de forte demande.

A propos de l’auteur…

Fabien RAVAUD est un entrepreneur dans les nouvelles technologies sur la côte Atlantique, dans la région de Rochefort, proche de La Rochelle.

Formateur professionnel et médiateur numérique, il accompagne les collectivités, les professionnels et les particuliers dans un rayon de 30 km autour de Rochefort dans l’apprentissage de l’informatique au sens large.

Retrouvez-le sur sa page et sur Facebook.

Répondre à MEHAMLI Annulez votre réponse



MEHAMLI

il y a environ 7 mois

Excellent article de vulgarisation.
La pédagogie facilite toujours la compréhension et les bonnes pratiques.
Félicitations

LOGO HD PND - copie

MonAssistantNumerique.com, le Réseau national de l'inclusion Numérique.

Formation en informatique sur-mesure , accompagnement numérique et assistance informatique des particuliers et des professionnels

Suivez nous

Prise de contact

Coordonnées

  • Réseau M@n, MAME, 49 Boulevard Preuilly, 37000 Tours
  • 02 46 65 05 65
  • contact@pratimedia.com

Trouvez votre assistant numérique

carte

Copyright 2019 Glide Company SAS © Tous droits réservés - A propos